top of page

Trois nuits dépaysantes à Marseille !

Dernière mise à jour : 17 avr. 2023


La vue panoramique depuis le balcon de notre chambre à l'hôtel Les Bords de Mer, à trois moments de la journée...


J’ai toujours eu envie d’aller à Marseille sans trop savoir pourquoi, une espèce d’attirance de coeur inexplicable. Alors, pour célébrer mes 30 ans qui arrivaient une semaine tout juste après notre mariage, nous y avons passé 3 nuits avec mon mari en juin 2022. Je vous livre ici notre expérience sur place et mes recommandations afin de profiter au mieux de ce que la dépaysante cité phocéenne a à nous offrir !

 

SOMMAIRE

  1. Notre séjour de trois nuits à l'hôtel Les Bords de Mer

  2. Une expérience gastronomique trois étoiles chez le chef Alexandre Mazzia

  3. Que faut-il découvrir lors de votre séjour à Marseille ?

  4. Quels souvenirs ramener de Marseille ?

 

1. Notre séjour de trois nuits à l'hôtel Les Bords de Mer



=> N'hésitez pas à aller à Marseille en train depuis Paris en seulement trois heures et quelques de trajet direct et essayez, si possible, de réserver longtemps à l'avance avec les trains Ouigo afin de bénéficier de tarifs bas !


Depuis Paris, nous sommes allés en train jusqu’à Marseille car cela représente seulement trois heures et quelques de trajet direct pour un dépaysement total. Nous avions réservé longtemps à l’avance avec Ouigo (aka le train Barbie avec ses couleurs bleu et rose), ce qui nous a permis d’avoir des tarifs très bas pour une telle distance. En arrivant, nous avions fait le choix de prendre un Uber depuis la Gare de Marseille-Saint-Charles jusqu'à l'hôtel, par praticité avec les valises et aussi, on va bien se l’avouer, par facilité.


=> A Marseille, je recommande l'hôtel Les Bords de Mer pour son emplacement proche des sites marseillais à visiter et sa vue mer absolument imprenable !


Concernant le choix de l’hôtel, nous voulions absolument un hôtel avec vue sur l'eau et se posait alors le choix entre la vue sur le Vieux-Port ou bien sur la Méditerranée. Le choix fut vite fait avec une volonté de vue sur l’immensité de la mer. Se posait ensuite un deuxième choix entre deux hôtels vue mer à Marseille (sachant que Le Petit Nice Passedat était hors-jeu car hors-budget pour nous) : le Nhow Marseille ou bien Les Bords de Mer. Même si le Nhow Marseille offrait plus d’équipements et une plus grande chambre, le choix s’est porté sur Les Bords de Mer en raison du fait qu'il était plus proche à pied des sites marseillais que nous souhaitions visiter. Nous avons alors réservé directement sur le site de l’hôtel. Le séjour n’était pas donné, mais nous voulions nous faire ce plaisir pour mes 30 ans et avions aussi besoin de repos juste après notre mariage, et nous ne regrettons absolument pas notre choix ! Explications.


En arrivant à l’hôtel Les Bords de Mer, très contemporain et situé à côté de la Plage des Catalans, sur la Corniche Kennedy, l’accueil fut bon. Nous avons été conduits à notre chambre, où, pour célébrer notre mariage et mon anniversaire, nous attendait une bouteille de vin blanc du Domaine de Fontenille, qui possède, entre autres, cet hôtel. En revanche, nous avons été déçus par la taille de la chambre exiguë, mais heureusement compensée par la grande et agréable salle de bain vue mer, et surtout par le balcon avec une vue mer si incroyable qu’elle donne l’impression de se réveiller au milieu de l'immensité marine. A savoir que l'hôtel propose également des chambres avec de belles terrasses toujours tournées vers la mer.


Concernant les équipements de l’hôtel, la piscine intérieure, bien que jolie, est petite. Elle est accompagnée d'un hamman et d'un sauna, mais ce dernier ne fonctionnait pas lors de notre présence. En revanche, le couloir de nage sur le rooftop avec vue mer est vraiment incroyable. Mon mari y a passé de longs moments méditatifs ! Dernier élément, mais que je n'ai pas eu l'occasion de tester, le spa de l'hôtel propose les protocoles de soins de la marque de cosmétique naturelle autrichienne Susanne Kaufmann.


Concernant le petit-déjeuner à l’hôtel, il se prenait dans le restaurant de l'hôtel avec, encore une fois, une vue mer imprenable et, notamment, sur les îles du Frioul. La partie buffet ne comportait pas un choix immense, mais il était de qualité et il y avait en plus la possibilité de choisir un plat salé ou sucré à l’assiette. Un bémol à noter était l'irrégularité de qualité du service selon le personnel en charge de ce denier, ce qui est dommage lorsque les prix pratiqués sont élevés. Néanmoins, je vous conseille à d'autres moments de la journée de goûter les délicieuses panisses que l'hôtel propose à la carte (il s'agit d'une spécialité provençale, ci-dessous sous forme de frites, à base de farine de pois chiche dorée à l'huile d'olive ou au four), le tout pourquoi pas accompagné d'un de leurs cocktails originaux aux senteurs provençales ?



 

2. Une expérience gastronomique trois étoiles chez le chef Alexandre Mazzia



Au niveau gastronomique, nous avons eu la chance de pouvoir déjeuner à la table trois macarons Michelin AM par Alexandre Mazzia, toujours dans l’esprit de cette double célébration post-mariage et pour mes 30 ans. Et autant vous dire que l’expérience restera gravée !


Tout d'abord, l’emplacement du restaurant est inattendu car il se situe dans le 8ème arrondissement, dans une zone résidentielle, derrière une façade très discrète et en face d’un centre médical. Une fois passée la porte, le temps s’arrête. Certes, le cadre est réduit et sobre, mais nous avons eu la chance d’être placés au comptoir, où l’on peut suivre de tout près le travail du chef et de sa brigade, le tout dans une maîtrise et un calme impressionnants. Pour l’anecdote, lorsque l’on nous a servi le rince-doigt (en l'occurence, le grand bol floral sur la quatrième photo), j’ai failli le boire tellement sa présentation était belle et sentait bon...


Alexandre Mazzia conçoit ses menus comme différents voyages qu'il propose à ses hôtes, à la croisée des chemins entre les saveurs provençales locales, quelques touches asiatiques et ses souvenirs d'enfance au Congo, au bord de la mer, face aux hommes qui pêchaient et aux femmes qui fumaient ce poisson. Ainsi, ses créations se dégustent sous forme d'une succession de bouchées artistiques se situant dans un univers entre mer et végétal, avec des notes épicées, fumées, torréfiées et des fleurs ! Si cela est possible, c'est une expérience à vivre au moins une fois dans une vie. Enfin, le service était irréprochable et dynamique.


Je demeure toujours fascinée de la créativité, mais en même temps de la maîtrise de l'équilibre, toutes deux absolues des grands chefs, et de la quantité de préparations que cela nécessite. Pour vous en donner une idée, voici le déroulé de ce qu'était notre menu et sa quantité phénoménale de préparations (d'ailleurs, si quelqu'un arrive à déchiffrer le mot d'Alexandre Mazzia à la deuxième ligne, après "et HAPPY..", n'hésitez pas à me le dire ! :-) ) :



Deux anecdotes pour finir :


- Le chef Alexandre Mazzia, ancien basketteur, cuisinera pour les athlètes lors des Jeux Olympiques 2024 et c'est d'ailleurs depuis Marseille que la flamme olympique débutera son parcours français !


- Quelle ne fut pas notre idée, directement après ce gros repas, en robe et costume sous 35 degrés, de monter à pied jusqu’à Notre-Dame de la Garde. Mais, le jeu en valait la chandelle... Et j'en viens donc naturellement à ce qu'il faut découvrir pendant votre séjour à Marseille !

 

3. Que faut-il découvrir lors de votre séjour à Marseille ?


L'ordre indiqué ici n'est pas un ordre de préférence, mais l'ordre dans lequel nous avons effectué nos visites à Marseille !


=> Promenez-vous à pied depuis l'hôtel Les Bords de Mer jusqu'à l'emblématique Vieux-Port et le Fort Saint-Jean !



Depuis l'hôtel Les Bords de Mer, vous pouvez vous rendre à pied au Vieux-Port en une trentaine de minutes. L'itinéraire vous fera d'abord passer devant la mythique Plage des Catalans, qui était bien remplie lors de notre venue en juin 2022, mais dont nous avions quand même profité pour une agréable baignade. Vous passerez ensuite devant l'entrée du fameux Cercle des Nageurs de Marseille (que l'on voit d'ailleurs depuis l'hôtel) et, qui sait, peut-être aurez-vous le chance de croiser un de nos athlètes français ?


Ensuite, une petite marche vous attend jusqu'à l'emblématique Vieux-Port avec ses bateaux de pêche, ses ferries, son marché aux poissons tous les matins, ses terrasses, et aussi son intrigant plafond miroir géant : l'Ombrière. En effet, conçu par l’architecte britannique Norman Foster, ce miroir reflète les allers et venues des piétons, protège du soleil et constitue un lieu de rendez-vous. Vous verrez également autour du Vieux-Port le théâtre national de Marseille, la Criée, ou bien encore le Club Pernod Ricard, club privé et salle de réception appartenant à l'inventeur du célèbre petit jaune, le pastis !


Enfin, si vous continuez le tour du Vieux-Port, vous arrivez alors jusqu'au Fort Saint-Jean, forteresse militaire du XVIIème siècle, permettant une visite de 8 siècles d'histoire de Marseille à ciel ouvert avec ses jardins botaniques suspendus et ses sublimes panoramas sur la ville de Marseille ! Il existe également des salles d'expositions à l'intérieur du Fort.


=> Visitez l'incontournable Mucem : le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée !



Le Mucem, ouvert en 2013, est le premier grand musée national consacré aux civilisations du bassin méditerranéen pour le XXIème siècle. Le Mucem est réparti en 3 sites distincts : le J4 (le musée en photos ci-dessus, dans sa sublime dentelle de béton), le Fort Saint-Jean et le Centre de conservation et de ressources (CCR), situé à la Belle de Mai. Je ne parlerai ci-dessous que du J4 qui est le coeur du Mucem !


Le J4 est relié au Fort Saint-Jean par une passerelle avec une vue impressionnante sur la ville, joli trait d'union entre l'histoire et le monde contemporain. Une seconde passerelle permet de relier le J4 au quartier du Panier. L'architecture unique en dentelle de béton du J4 a été réalisée par l'architecte français Rudy Ricciotti (associé à Roland Carta). Lorsque vous êtes au J4, vous pouvez vous promener sur le toit-terrasse, y profiter des chaises longues ou y boire un verre, ainsi que monter et descendre les étages via les rampes extérieures tout autour du bâtiment, vous permettant de profiter des jeux d'ombres et de lumière.


A l'intérieur du J4, il y a deux niveaux d'espaces d'expositions. Le rez-de-chaussée est consacré aux expositions permanentes, tandis que le niveau 2 est dédié aux expositions temporaires. Les expositions permanentes sont "Connectivités", consacrée à l'histoire des grandes cités portuaires méditerranéennes des XVIe et XVIIe siècle, ainsi que "Le grand Mezzé", consacrée au régime alimentaire méditerranéen. A titre d'exemple, en matière d'exposition temporaire, nous avions pu voir la passionnante exposition consacrée à l'Emir Abdelkader, le fondateur de l'Etat algérien moderne. Il y a aussi des évènements et des conférences.


Le J4 étant très grand, une demi-journée est vraiment nécessaire si l'on veut pouvoir consacrer du temps aux deux expositions permanentes et aux deux temporaires proposées. Enfin, une librairie-boutique et un restaurant panoramique, le Môle Passedat, tenu par le chef marseillais Gérald Passedat, s'y trouvent !


=> Emerveillez-vous lors de votre visite à la cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille, dite La Major !



Cette sublime cathédrale de style néo-byzantin aux dimensions impressionnantes est située à proximité du Mucem et du quartier du Panier. Beaucoup moins connue que la Basilique Notre-Dame de la Garde, il s'agit pourtant de la véritable cathédrale de Marseille et son histoire en est tout aussi intéressante.


En effet, il s'agit de la seule cathédrale à avoir été édifiée en France au XIXème siècle. Sa construction a été décidée dans une période de fort développement économique et démographique pour Marseille. Elle se trouve à un emplacement où plusieurs édifices religieux se trouvaient déjà autrefois, à l'entrée du port autonome de Marseille, sur le passage des bateaux, comme signe de prospérité de la ville. La première pierre de la cathédrale a été posée le 26 septembre 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte. Sa construction s'est terminée en 1893, soit après 40 ans de construction suivie par 3 architectes successifs, dont le même architecte que pour la "Bonne Mère" : Henri-Jacques Espérandieu. Cet édifice monumental, de taille équivalente à la Basilique Saint-Pierre de Rome, peut accueillir jusqu'à 3000 personnes. Elle doit refléter l'importance de la deuxième ville et du premier port de France. Sa façade d'inspiration byzantine, qui reflète le visage multiculturel de Marseille, en marbre blanc de Carrare et pierre verte de Florence est riche, tout comme l'est également son intérieur (marbre, porphyre, mosaïques, statues, vitraux, etc).


=> Flânez dans le quartier du Panier, le plus vieux quartier de Marseille !



Le nom de ce quartier viendrait d'une auberge ayant comme enseigne un panier. Le quartier du Panier est l'endroit idéal à Marseille pour s'y balader et s'y perdre, au milieu de ses ruelles étroites et colorées, de ses boutiques de créateurs, d'artisans, de ses terrasses de cafés, de ses multiples inscriptions sur les murs, etc !


De plus, nous ne l'avons pas fait, mais il est possible d'y découvrir le Centre de la Vieille Charité, qui est un bâtiment du XVIIe siècle, hospice de pauvres pendant des siècles, jusqu’à sa restauration et sa transformation en un centre pluridisciplinaire à vocation scientifique et culturelle de la Ville de Marseille.


Enfin, une recommandation gourmande pour découvrir une saveur de glace originale : Vanille Noire, marchand de glaces situé 15 rue Caisserie, qui, comme son nom l'indique, propose une glace à la saveur de vanille noire, une vanille haut-de-gamme à la couleur noire et au goût légèrement salé / iodé ! A noter que les autres parfums sont tout aussi délicieux (la framboise, un délice absolu !). On peut s'y asseoir à l'ombre.


=> Montez rendre visite à la "Bonne Mère", la protectrice de tous les Marseillais, et profitez du panorama à 360° !



La Basilique Notre-Dame de la Garde est le monument le plus visité à Marseille. La basilique s'appelle ainsi parce qu'elle se situe sur la colline de la Garde (anciennement un point de surveillance idéal pour repérer les navires arrivant dans la rade), à 150 mètres d'altitude. On peut y accéder à pied (comme nous l'avons fait, mais ça grimpe et il peut y faire vite chaud l'été) ou bien plus confortablement en voiture, avec le bus 60 depuis le Mucem ou bien le petit train touristique depuis le Vieux-Port (il a existé un funiculaire pour y accéder entre 1892 et 1967, mais qui a pris fin face à la concurrence de l'automobile).


Cette basilique de style romano-byzantin a été construite entre 1853 et 1864, sous les ordres de l’architecte Henri-Jacques Espérandieu. Et elle est aussi belle extérieurement qu'intérieurement ! Extérieurement, elle est faite de pierres blanches et vertes et est couronnée par l'imposante statue en cuivre doré haute de 11 mètres de la Vierge à l'Enfant, réalisée notamment par l'orfèvre Christofle. Comme vous pouvez vous en douter, le regard de la Vierge est tourné vers la mer et elle présente son Enfant au monde. Sa statue est visible des quatre coins de la ville. Pour l'anecdote, cette statue est creuse, il existe d'ailleurs un escalier intérieur fermé au public permettant d'accéder à ses yeux. L'intérieur de la basilique est réalisé à partir d'une alternance de marbre blanc de Carrare et de marbre rouge de Brignoles, avec de nombreuses mosaïques. Vous verrez aussi de nombreuses maquettes de bateaux suspendues, ex-voto soulignant l'attachement des marins à la basilique. Quand vous ressortez de la basilique, vous pouvez profiter d'un magnifique panorama à 360 degrés sur toute la ville de Marseille. Visite absolument incontournable !


=> Profitez de mon coup de coeur pittoresque : le petit village provençal de pêcheurs, "le Vallon des Auffes" !



A deux pas de l'hôtel Les Bords de Mer, en descendant la Corniche Kennedy, vous passerez à proximité du Monument aux morts de l'Armée d'Orient et des terres lointaines. Il vous faudra alors descendre une rangée d'escaliers sous ce monument pour découvrir le Vallon des Auffes. Alors que vous étiez encore quelques secondes avant dans la deuxième plus grande ville de France, vous vous retrouvez dans un tout petit port de carte postale de 200 habitants, niché sous la Corniche en viaduc, avec ses pointus (bateaux de pêche typiques de Provence), ses maisons colorées de pêcheurs (appelées aussi cabanons), ses bars et ses bonnes tables célèbres ("Chez Fonfon" pour une bouillabaisse, "Chez Jeannot" pour une pizza ou bien encore "L'Epuisette" pour une adresse gastronomique). Vous pouvez également vous y baigner dans une "piscine" d'eau de mer et/ou y profiter d'un sublime coucher de soleil sur la mer. Dernière information : le Vallon des Auffes s'appelle ainsi à cause des cordages des bateaux et des filets de pêche dont la fibre s’appelle "auffo" en provençal. En effet, des cordiers s'y étaient installés il y a deux cents ans. En bref, un lieu mythique avec une âme d'antan, à découvrir pour apprécier et profiter de sa convivialité !


=> Découvrez le musée dédié à la grotte Cosquer Méditerranée, le "Lascaux sous-marin" !



Nous avons eu une sacrée chance lors de notre séjour à Marseille, je vous explique pourquoi ! Le hasard a fait que notre séjour dans la cité phocéenne se terminait le jour de l'ouverture du musée dédié à la grotte Cosquer (le 4 juin 2022). Nous avions entendu parler par le passé de l'histoire fascinante de cette grotte et de sa découverte et nous voulions donc absolument découvrir ce musée où se trouve la réplique de la grotte. Nous avons pris nos billets et avons eu la chance d'apercevoir Henri Cosquer, le découvreur de la grotte (en chemise bleue turquoise au centre sur la dernière photo) lors de notre visite du musée.


Brièvement, quelle est l'histoire fascinante de cette grotte et de sa découverte ? En 1985, Henri Cosquer, plongeur scaphandrier expérimenté et passionné de fonds sous-marins, part plonger dans les Calanques marseillaises et découvre, vers le Cap Morgiou, à 36 mètres de profondeur, une cavité creusée dans la paroi rocheuse qu'il décide d'explorer. Par étapes, il parvient à remonter le long boyau de près de 175 mètres de long qui l'amène dans la salle d'un trésor vieux de 30 000 ans : plus de 480 œuvres peintes ou gravées sur la roche, des pingouins, cerfs, bouquetins, bisons mais aussi des empreintes de mains, ou encore des traces de foyer. Alors que la loi l'oblige à déclarer sans délai ce type de découverte pour sa préservation, il se la réserve longtemps afin d'en approfondir sa découverte. Mais, la rumeur d'un "Lascaux sous-marin" circule et attire des plongeurs. Trois trouveront la mort dans le boyau menant à la cavité. Marqué par ce drame, Henri Cosquer finit par officialiser sa découverte auprès des autorités en 1991. La grotte, authentifiée comme un site préhistorique majeur, porte désormais son nom et, son entrée, sécurisée par une grille, est désormais réservée aux équipes scientifiques qui n'ont cessé depuis de l'étudier. Malheureusement, en raison de la montée des eaux, cette grotte est vouée à disparaître, certaines peintures étant déjà en partie immergées, d'où la nécessité de la restituer et de la partager avec le grand public.


Le musée Cosquer Méditerranée se trouve dans la Villa Méditerranée, juste à côté du Mucem. La visite débute dans une ambiance club de plongée, celui-là même où se préparait Henri Cosquer. Puis, vous empruntez un ascenseur simulant un caisson de plongée, vous emmenant au niveau -2. De là, vous débutez avec un casque-audio le parcours immersif de 35 minutes au sein de la grotte reconstituée. Il est à noter que ce parcours est accessible à tous puisqu'il se fait assis dans des petites véhicules contenant au maximum six personnes à la fois et qui se suivent les uns derrière les autres. A la sortie, vous pouvez visionner dans une salle de cinéma un documentaire inédit sur la découverte de la grotte. Puis, enfin, vous avez accès au niveau 3 à la Galerie de la Méditerranée pour en apprendre plus sur nos ancêtres et leur mode de vie. Je dois dire que j'y ai eu le vertige puisqu'il y avait certaines parois du sol qui étaient entièrement en verre afin de pouvoir voir en-dessous :-) La visite totale du musée dure environ 2 heures. Sur place, vous trouverez de quoi vous restaurer, des consignes et une boutique. A découvrir absolument !

 

4. Quels souvenirs ramener de Marseille ?


Je détaille ci-dessous trois suggestions que nous avons nous-mêmes ramenées !


=> Un jeu de boules de pétanque de chez le fabriquant marseillais la Boule Bleue...



Tout d'abord, vous devez savoir que Félix Rofritsch crée à Marseille la première boule de pétanque en bois cloutée en 1904, ce qui marque le début de l'aventure puisque c'est aujourd'hui la quatrième génération Rofritsch qui gère cette entreprise familiale, dont le nom est devenu la Boule Bleue en 1947. Aujourd'hui, ils sont toujours implantés à Marseille et proposent des boules de pétanque homologuées, collectors ou de détente, qui sont personnalisables et sur mesure et garanties 5 ans.


Ainsi, lorsque nous nous promenions dans le quartier du Panier, mon oeil fut attiré par cette boutique bleue dont j'avais entendue parler et je propose à mon mari d'y entrer. Il dit alors à la vendeuse qu'il vient récupérer une commande et donne son nom. Je ris, pensant à une blague, mais lorsque la vendeuse part dans l'arrière-boutique chercher la commande, je comprends qu'il avait tout manigancé ! Il avait en effet précommandé deux jeux de trois boules personnalisées et gravées. En effet, vous pouvez choisir le diamètre, le poids, le striage et y apposer une gravure. Nous avons ensuite inauguré ces boules à Bruxelles (allez formuler une telle phrase !), sur les terrains de pétanque qui se trouvent au Parc du Cinquantenaire. Voilà, vous savez désormais que mon mari est fan de pétanque... Et, dernier conseil pour la route : n'oubliez pas de prendre en compte le poids que cet achat représentera dans votre valise retour (sachant qu'une boule de pétanque homologuée pour les compétitions pèse entre 650 et 800 grammes) :-)


=> Un incontournable : du savon de Marseille en cube solide / liquide / en copeaux...



Point de séjour à Marseille sans ramener un peu de ce savon dont la composition authentique doit être à base d'huiles végétales (traditionnellement, de l'huile d'olive), de l'eau, de la glycérine végétale, du sel marin et de la soude, sans additifs ou graisses animales. D'ailleurs, saviez-vous que la composition du savon de Marseille est inspirée du savon syrien d'Alep, à base notamment d'huiles d'olive et de laurier ? Suite aux Croisades au Moyen-Âge, la méthode de fabrication de ce savon a été ramenée en Europe et, notamment, à Marseille qui disposait alors des matières premières nécessaires pour sa fabrication qui se développe à partir du XVème siècle. En 1688, Colbert, contrôleur général des finances de Louis XIV, précise dans un édit que le savon de Marseille doit obligatoirement être fabriqué avec de l’huile d’olive de la région marseillaise. Puis, en 1906, la mention "Extra pur 72% d'huile" est définie afin de garantir la qualité du savon. Mais, aujourd'hui, le terme "savon de Marseille" n'est pas une appellation d'origine contrôlée, d'où l'utilisation parfois trompeuse et abusive de ce terme apposé sur certains produits...


Ainsi, il faut bien avouer qu'on ne sait jamais trop où acheter du vrai savon de Marseille lors de son passage dans la ville, au milieu de toutes les boutiques à touristes. Alors, une seule recommandation dans le quartier du Panier : la boutique authentique et parfumée, 72% Pétanque, qui propose un très large choix de savons de divers formats, couleurs et odeurs, le tout à des prix très raisonnables et avec un agréable accueil du patron que l'on voit fabriquer ses savons derrière son comptoir. J'avais de mon côté opté pour des bouteilles de savon de Marseille liquide et des copeaux afin de pouvoir faire ma propre lessive (d'ailleurs, cliquez sur ce lien si vous souhaitez une recette de lessive liquide maison). Enfin, la boutique proposait également une épicerie salée et sucrée et divers objets de décoration, bref, la boutique idéale pour ramener des souvenirs ! Un dernier détail important : prévoyez de l'argent liquide pour le paiement.


=> Les Espérantines de Marseille : célèbre chocolat à l'huile d'olive...


Esperantine - Marseille - Provence - Chocolat - Chocolate - Boîte - Box - Huile - Olive - Oil - Spécialité - Marseillaise - Speciality - Amande - Orange - Almond - Coffret -  Olivette - Olivet - Noir - Black - Célèbre - Famous - Solara - Blog

L'Espérantine est une spécialité marseillaise. Il s'agit d'une feuille d'olivier en chocolat noir où l'huile d'olive remplace les matières grasses du lait habituellement utilisées dans les bonbons au chocolat. La garniture de ce chocolat est aux saveurs méditerranéennes : amandes et écorces d'oranges confites. L'Espérantine est présentée sous forme de rameau d'olivier avec des olivettes de Provence, également en chocolat. Le tout est conditionné dans des coffrets au design inspiré des origines grecques de Marseille.


Ce chocolat est fin et fondant, avec un goût discret d'huile d'olive. Nous en avions acheté plusieurs formats de coffrets pour offrir dans la boutique située 70 Rue Caisserie, dans le 2ème arrondissement, tout près du Vieux-Port, où l'accueil était très chaleureux et où nous avons pu prendre le temps de déguster différents produits. Ils proposent également, entre autres, des biscuits navettes, des cailloux du Panier (navettes enrobées de chocolat sous forme de cailloux), des barres de chocolat, du nougat aux olives, diverses confiseries, une épicerie fine salée et sucrée, des glaces, des boissons froides et chaudes ! A savoir qu'il est possible d'acheter sur place des pochettes isothermes très pratiques si vous devez voyager.


Dernière information : nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion de nous y rendre par manque de temps lors de notre séjour à Marseille, mais n'hésitez pas à découvrir le superbe atelier-boutique L'Espérantine "Les voûtes de La Major", située sous la cathédrale du même nom, dans des voûtes ramenées à leur apparence d'origine et aménagées par Rudy Ricciotti (oui, oui, l'architecte du Mucem). A découvrir donc, à proximité directe du Mucem et de Cosquer Méditerranée !


=> Il existe encore de nombreuses autres idées de souvenirs à ramener de Marseille (n'hésitez d'ailleurs pas à me faire part de vos retours si vous les testez) : des biscuits navettes à la fleur d'oranger du Four des Navettes, de l'huile d'olive, du miel de Provence, de l'aïoli, une bouteille de pastis, des santons de Provence à mettre dans la crèche, etc...!

 

=> J'espère que cet article aura pu vous aider dans la préparation de votre séjour à Marseille et, si jamais vous avez des questions ou bien des commentaires, n'hésitez pas, je vous ferai un retour avec plaisir !


bottom of page